mon compte
mon panier
Décoration gauche | GiFi

Aménagement d’un potager : Aménager un potager : comment s’y prendre ?

Le printemps s’apprête à pointer le bout de son nez et vous avez envie de profiter de légumes maison issus de votre jardin, d’initier vos enfants aux arcanes du monde végétal et de savourer des produits frais, arrivés depuis la terre jusque dans votre assiette grâce à vos bons soins ? Partez du bon pied en suivant ces conseils et découvrez les quelques règles de base qui régissent l’aménagement d’un jardin potager réussi.

Décoration droite | GiFi

Comment réussir à bien aménager
son potager avec GiFi ?

Cultiver son jardin potager peut rapidement être un plaisir, mais devenir jardinier, même amateur, ne s’improvise pas. Ainsi, l’utilisation d’un compost ne suffit pas. Quelques précautions supplémentaires sont à observer afin de vous sentir à l’aise avec la culture et obtenir des résultats dans votre jardin dès votre première année.

Faites un plan de votre jardin potager

Pour un jardinier, tout commence par là : tracer le plan de votre futur potager. L’organisation est, en effet, une question capitale dans la création d’un jardin potager, quelle que soit la surface au sol dont on dispose.

Vous vous apercevrez vite que toutes les variétés ne peuvent pas aller n’importe où, et qu’il vaut mieux planifier leur disposition si vous souhaitez tirer de la terre les quantités suffisantes pour alimenter votre famille en produits frais issus de votre jardin.

Armez-vous des deux seuls outils dont vous aurez besoin à ce stade, soit une feuille et un stylo, et tracez la position :

  • De votre cabane de jardin, si elle existe ;
  • Des éventuels obstacles qui se dressent entre le soleil et vos plantes (haies, murets, etc.) ;
  • De la source d’eau ou de l’arrivée de l’irrigation ;
  • De chaque carré qui sera planté dans votre jardin ;
  • Des allées qui vous permettront d’accéder à vos plants.

Enfin, ajoutez une petite flèche indiquant le nord : vous saurez ainsi dans quelle direction brille le soleil aux différentes heures de la journée, ce qui vous aidera à mettre vos plants en terre à l’endroit le mieux adapté de votre jardin.

Dans les carrés représentant l’emplacement au sol de vos plantations, le meilleur conseil est de préciser le nom de chaque plant. L’année suivante, vous retrouverez facilement ce qui a plus ou moins fonctionné et pourrez essayer de changer, par exemple, les tomates de place afin qu’elles produisent mieux. Vous pouvez aussi utiliser des étiquettes ardoise à planter afin de savoir d’un seul coup d’œil à quelle espèce correspond tel ou tel plant.

Créez des allées fonctionnelles

La configuration de votre jardin potager est une étape à ne pas négliger. Il faut pouvoir y circuler facilement, sans risquer d’écraser ce que vous avez planté. Il est donc impératif de prévoir des allées de taille suffisante pour la culture dès la création de votre potager : elles font partie intégrante de l’organisation de votre jardin.

Commencez par créer l’allée centrale. Elle doit mesurer au moins un mètre voire presque deux de large afin de vous laisser suffisamment d’espace pour circuler dans votre jardin avec une brouette, des sacs chargés de compost...

Passez ensuite aux allées secondaires. La largeur d’un pied peut suffire, mais préférez plutôt une cinquantaine de centimètres afin d’avoir la place de poser sur le sol le seau ou le panier dont vous vous servez lors des récoltes.

L’objectif est de pouvoir atteindre chaque plant sans vous faire mal au dos ou écraser vos pieds de légumes au passage.

Illustration allées | GiFi
Illustration potager en pente | GiFi

Le cas des jardins potagers en pente

Lorsque le jardin destiné à devenir un potager est en pente, il demande un travail préparatoire un peu plus important que les terrains plats. La pente est en effet un handicap, car, quand il fait mauvais temps, la pluie emporte toute la terre hors du terrain, mettant à nu vos semis, découvrant les racines, appauvrissant le sol...

En outre, l’eau d’arrosage ne reste pas au pied de vos plantations. Il faut donc mettre en place des techniques qui permettent de niveler le sol de votre jardin. Autrement dit, il faut créer des terrasses. Vous pouvez choisir d’utiliser des branchages entremêlés ou de la pierre pour faire des murets qui retiendront la terre, les engrais et l’eau.

Comment savoir quelles variétés privilégier ?

Une fois votre jardin potager aménagé, il ne vous reste plus qu’à planter vos semis dans le sol.
Pour autant, là aussi, il est essentiel de connaître les conditions requises par les espèces que vous avez choisies afin qu’elles puissent être en bonne santé et prospérer.

Les plantes de soleil et les plantes d’ombre

Dans votre jardin potager, pour obtenir une bonne productivité, il est impératif de ne pas mettre vos plants en terre au hasard. En effet, si une variété aime le soleil, l’autre craint ses rayons trop ardents, et si l’une aime l’ombre, l’autre y dépérit... C’est pourquoi prendre le temps de créer un plan est capital !

Parmi les plantes les plus couramment cultivées en jardin potager, celles-ci apprécient beaucoup le soleil :

  • Tomate | GiFi Tomate
  • Aubergine | GiFi Aubergine
  • Concombre | GiFi Concombre
  • Courgette | GiFi Courgette
  • Poivron | GiFi Poivron
  • Melon | GiFi Melon

À l’opposé, on réservera les zones à l’ombre pour les variétés suivantes :

  • Salade | GiFi Salade
  • Radis | GiFi Radis
  • Rhubarbe | GiFi Rhubarbe
  • Blette | GiFi Blette
  • Pomme de terre | GiFi Pomme de terre

Si vous disposez de peu de surface dans votre jardin, le meilleur conseil à suivre est de faire des buttes en surélevant certaines zones de votre potager. Ainsi, il vous sera facile de placer les légumes du soleil en haut et les légumes de l’ombre à côté, dans les allées entre les buttes. C’est l’astuce idéale pour vous faire gagner en surface de production tout en variant les expositions au soleil.

Les bonnes associations de plantes potagères

Dans un jardin potager, certaines espèces ont une meilleure espérance de vie lorsqu’elles restent entre elles que lorsqu'elles doivent partager leur espace au sol avec d’autres espèces. Ainsi, il est bon de faire attention aux associations à éviter et à celles qui fonctionnent particulièrement bien.

Dans ce cas-là, on parle de variétés dites « compagnes », car elles produisent des toxines qui se protègent mutuellement de leurs parasites ou des nutriments qui sont bénéfiques à l’autre. Ce type d’association est idéal pour faire augmenter le rendement de vos plants de manière naturelle et limiter le recours aux produits insecticides dans votre jardin.

On retiendra surtout que :

  • Le chou et le céleri se protègent respectivement de la piéride et de la rouille grâce au système racinaire du premier et à l’odeur du second ;
  • L’oignon, l’ail ou l’échalote repoussent les petites mouches qui s’en prennent à la carotte, et inversement ;
  • La sarriette épargne aux haricots le fléau des pucerons ;
  • L’œillet d’Inde et le basilic protègent la tomate.

S’il existe des associations bénéfiques au potager, il y en a également de mauvaises qu’il est tout aussi important de connaître. Ainsi, ne mettez jamais à côté dans votre jardin :

  • La tomate ou la courgette avec le concombre ;
  • L’épinard avec la betterave ;
  • La salade avec le persil ou le céleri.

Les variétés qui ne s’apprécient guère doivent être plantées à au moins 1,5 m les unes des autres. Celles qui vont ensemble peuvent être placées en alternance dans une même rangée, voire côte à côte. Soigneusement appariés, vos pieds de légumes profitent ainsi des meilleures conditions pour laisser éclore tout leur potentiel et faire de votre jardin un véritable potager.

Quels légumes choisir ?

La question se pose dès l’étape de configuration de votre potager, car tout dépend de la place dont vous disposez dans votre jardin. Si vous avez un petit terrain de 20 m2, il est inutile d’essayer de faire pousser des pommes de terre. En effet, cette espèce demande de l’espace au sol afin d’obtenir les quantités suffisantes pour vous permettre de préparer plusieurs repas.

Quand votre jardin potager présente des dimensions modestes, mieux vaut se tourner vers des variétés qui produisent beaucoup comme la courgette et la tomate, ou qui se renouvellent rapidement, comme la salade. Optimisez votre jardin en cultivant en hauteur : haricot à rame, concombre, framboisier, fraisier grimpant... Un petit grillage ou treillis leur suffit pour s’agripper !

En revanche, si vous avez un grand jardin, profitez-en pour faire pousser des espèces plus rares comme des variétés anciennes ou exotiques : betterave crapaudine, carotte jaune, rutabaga ou encore pâtisson sont la garantie d’une assiette originale et colorée dont on a souvent perdu l’habitude. Or, avoir un potager est une bonne solution pour composer son assiette de rêve avec tout ce qu’on aime déjà et de nouvelles saveurs à découvrir et à faire découvrir !

Pour poursuivre la configuration de votre jardin, découvrez les nouveautés dans notre catalogue en ligne.

Illustration légumes | GiFi
À vous de jouer !
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts et à effectuer des mesures d’audience de notre site internet. Pour en savoir plus, cliquez ici. Pour personnaliser l'utilisation de vos données personnelles, cliquez ici.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts et à effectuer des mesures d’audience de notre site internet. Pour en savoir plus, cliquez ici. Pour personnaliser l'utilisation de vos données personnelles, cliquez ici.